Le temps du rêve- Cosmogonie aborigène

aborigène la terre molle

Peinture d’un Wanjina. Abri rocheux de Karndirrim, après restauration par Donny Woolagoudja, avril 2002. Crédit photographie : Sahyma Lachman.

Au temps du rêve (Tjukurpa), la terre était nue et molle. Les ancêtres (Wanjina) ont fait le soleil pour sécher la Terre. Alors les pierres molles sont devenues dures. Ils ont commencé à marcher. Chacun a pris la forme d’un animal ou d’une plante.

Ils ont pensé aux arbres, aux rivières, aux montagnes. Ils avaient le pouvoir de faire que les choses se tiennent debout, de faire que les choses vivent. Ils ont dessiné le paysage et fait chaque chose telle qu’elle est. Ils ont organisé la société.

Ils ont laissé sur leur passage les esprits des hommes qui naîtraient dans le futur.

Le temps du rêve est à la fois le temps de la création de chaque chose, et le temps présent qui donne leur signification aux choses.

Le temps du rêve est aussi le temps des rituels religieux. Pendant les cérémonies, les hommes rejouent le rôle des ancêtres pour revivre le voyage qu’ils ont effectué à travers l’Australie.

Dans cette cosmogonie, la pensée a créé toute matière. La terre, les hommes, les animaux et les plantes ne sont que des parties d’un même tout. C’est pour cela que dans la société aborigène, les hommes ne peuvent pas posséder de terres ni d’animaux.

Cérémonie aborigène, extrait du documentaire Tjukurpa, Le temps des rêves

=================
QUIZZ
=================

1. Dans la cosmogonie aborigène, qu’est-ce qui est à la base de toute matière ?

 
 
 


Comments are closed.