PERDICAN ET MOI

3è ATELIER AVEC MARION SUZANNE > COLLEGE VOLTAIRE > Classe de 4è de Ber­trand Louet

Texte per­son­nel écrit par une élève en lisant On ne badine pas avec l’a­mour d’Al­fred de Mus­set
Per­di­can
Avoir une vue d’ensemble sur l’humanité et sur la vie, comme Per­di­can, c’est impor­tant. Il y a beau­coup de noir­ceur chez l’homme et chez la femme mais il y a l’amour ! Et ça c’est une fier­té dans la vie. Per­di­can est pro­fond, il s’exprime bien, il dit des choses qui sont vraies. Pour tout vous dire, je suis une jeune fille de 13 ans, anti­con­for­miste, ni trop maigre, ni trop grosse, juste bouf­fie, ni très laide, ni très belle, juste accom­plie. J’arbore fiè­re­ment une longue che­ve­lure mar­ron, sépa­rée en par­faite ligne conti­nue, tres­sée de nattes de lon­gueurs et de tailles dif­fé­rentes. Ces nattes s’accordent par­fai­te­ment avec mon visage rond. Qu’il pleuve, qu’il vente, qu’il neige, je suis tou­jours munie de mon bon­net. Mes vête­ments sont plus confor­tables que « favo­rables », je ne prends pas vrai­ment soin de moi, peu importe le lieu ou le temps.

Aucun commentaire

Publier un commentaire