Les Célestographies d’August Strindberg

« LA FILLE D’INDRA :  Au commencement des temps, avant que le soleil commence à briller, Brahmâ, la force divine originelle, s’est laissé séduire par Maya, la mère du monde. Cette union entre la matière divine originelle et la matière terrestre a provoqué la chute du ciel. C’est pourquoi le monde, la vie et les hommes ne sont qu’un fantôme, une apparence, un rêve — Un rêve bien réel ! »  Le Songe d’August Strindberg, éd. L’Arche

August Strindberg, Celestography, 1894, 12 x 9 cm, The Royal Library, National Library of Sweden, Stockholm.

August Strindberg, Celestography, 1894, 12 x 9 cm, The Royal Library, National Library of Sweden, Stockholm.

August Strindberg, Célestographie, photogramme, 1894

August Strindberg, Célestographie, photogramme, 1894

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 1894, Strindberg photographie le ciel avec une plaque, sans appareil, sans objectif, laissée la nuit sous le firmament étoilé. Il nomme cette image une célestographies, image d’une trace lumineuse céleste. Pour lui, la photographie était un moyen de voir une vérité inaccessible à l’oeil nu, plus réelle que la vision humaine.

Strindberg, Célestographie, photogramme, Dornach, Autriche, 1893/94, 12x9cm, coll. Strindbergmusset.

Strindberg, Célestographie, photogramme, Dornach, Autriche, 1893/94, 12x9cm, coll. Strindbergmusset.

 

=================
QUIZZ
=================

1. Qu’est-ce qu’une célestographie selon August Strindberg ?

 
 
 


 

 

 

Comments are closed.