LIGNE ARTISTIQUE

Créée en 2000 par Emilie Anna Maillet, Ex Voto à la Lune interroge les liens entre les formes théâtrales, le rapport aux publics et l’espace scénique.

Fortement influencée par la peinture, formée très jeune à la musique et à la danse, Emilie Anna Maillet envisage le théâtre comme un espace ouvert et multiforme, creuset d’une synthèse rêvée des différentes disciplines artistiques et développe de nouveaux outils poétiques permettant de modifier le rapport au spectateur. Le désir de créer une poésie scénographique et une abstraction issue des textes théâtraux pousse la compagnie à utiliser et à développer des outils comme l’art numérique, la Magie nouvelle, la spatialisation du son, l’art connecté, afin d’en faire des machines à rêver.

De ce point de vue, Hiver de Jon Fosse, créé à la Ferme du Buisson en 2012, marque un tournant. La pièce évoque nos glissements hors du monde, nos disparitions du réel. Ces sensations de vertige, de confusion, de doutes, sont rendus sensibles par l’utilisation de la Magie Nouvelle. Elle permet de rendre visible l’invisible, de susciter le doute, de dépasser le domaine visuel pour s’adresser aux autres sens. La réalité augmentée pose la question de la limite entre le réel et le virtuel, et du lieu de l’imaginaire, en nous faisant douter de nos sens et de nos sensations.

Kant / La Chambre de Kristoffer / Le Labyrinthe cosmogonique, triptyque transmedia philosophique conçu à partir de la pièce Kant de Jon Fosse et créé fin 2015 pour le jeune public, poursuit cette recherche, à la fois au plan de l’utilisation des nouvelles technologies et du croisement des disciplines artistiques. En associant un spectacle et trois installations numériques interactives, en utilisant le théâtre, les nouvelles technologies (Magie nouvelle / hologrammes, Casque Oculus Rift, QRCode), les arts plastiques, la création musicale, en intégrant l’action culturelle à la création artistique, la Cie assume pleinement un projet jeune public ambitieux qui décloisonne les disciplines et déplace cette fois la question de la limite sur le plan métaphysique.

La Cie poursuit cette recherche qui consiste à mettre en résonance plusieurs formes autour d’un texte. Elle invente des dispositifs qui déplacent le spectateur dans tous les sens du terme, qui modifient sa propre perception et celle qu’il a de l’espace public, qui stimulent son imaginaire et fasse de lui un acteur à part entière de la création. De même qu’il s’agit de rendre poreux les arts entre eux, de même il s’agit de décloisonner les espaces, d’imaginer des relations nouvelles et complémentaires entre les artistes, les publics, et l’espace public.

Les nouvelles technologies offrent pour cela des possibilités inédites et passionnantes. Familières, elles font partie de notre quotidien et font le lien entre le dedans et le dehors, entre l’intime et l’extime, entre le cercle familier et le monde ; elles modifient et donc interrogent notre rapport à la réalité, et permettent d’accéder à des contenus quasiment infinis. Autant de possibilités offertes à la création artistique, autant d’outils permettant de questionner notre rapport à la réalité, autant de média permettant d’inclure les publics et de susciter le débat.

Avec Jeux de Massacre, Emilie Anna Maillet engage un nouveau projet transmédia de recherche et de création destiné cette fois-ci à un public adulte. Il s’intéresse aux liens entre l’intime et le social à travers le prisme de la notion de réussite et du rapport homme/femme, en faisant dialoguer Feydeau, Norén et les nouvelles technologies.

Comments are closed.